-  meet me on the battlefield (ft. ava pearsons) -

NOTHING BUT TROUBLE. :: newport beach, orange county :: newport shore quartier animé :: time nightclub nightclub
Luke HepburnBREATHING IN THE COLDEST LIES.
BREATHING IN THE COLDEST LIES.
avatar
infos générales
messages :  130 dollars ($) :  225
name :  briséis, iris.
faceclaim :  sam heughan, sanentur
age :  35 ans
career :  chirurgien pédiatriaque
civil status :  célibataire.
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
-
(#) meet me on the battlefield (ft. ava pearsons) { Jeu 19 Juil - 11:27 }

    Il est beau Luke et il est particulièrement élégant vêtu d’un simple jean slim noir et d’une chemise blanche dont il avait déboutonné les premiers boutons laissant apparaître la naissance de son torse qu’on devinait sans mal être musclé, accompagné simplement et sobrement d’une veste de costume pour finir. Il sent bon aussi : l’homme, le mâle. Il avait beaucoup trop appuyé sur le vaporisateur, Luke. Il s’était embaumé de parfum comme pour asphyxier ses pensées, pour oublier. Il est nerveux, dépité surtout. Il ne sait pas ce qu’il fait, il se demande encore pourquoi il a accepté de venir à cette adresse qui n’était pour lui rien de moins plus et de moins qu’un lieu de perdition. La boîte de nuit. Cauchemar ultime du jeune homme. Il avait beau avoir l’air d’un chasseur Luke, il n’en était pas vraiment un et quand bien même ce n’était pas ici qu’il cueillait ses proies. Et pourtant, malgré tout, Luke est là, adossé contre le capot de sa voiture, il jette un coup d’œil régulier à son téléphone qu’il tient dans la main et dont l’écran reste désespérément noir. La vie lui avait toujours était hostile et elle semblait l’être encore plus à ses yeux depuis qu’il passait son temps -ou du moins, la majorité de celui- cloîtré derrière les murs de l’hôpital. Un tout autre monde pourtant plus hostile et difficile.

    Il ne sortait que rarement parce qu’il n’en avait ni le temps, ni l’envie. Et quand, il se faisait, il ne se rendait pas dans ce genre d’endroit, Luke, il avait plutôt tendance à le fuir mais dans un moment de faiblesse, il avait cédé et avait promis à ses collègues qu’il les rejoindrait pour « décompresser » alors que l’idée même ne l’enchantait pas. Il surveille à intervalle régulier le visage de ces inconnus rangés en ligne, enjoués, déjà bourrés, ou encore fébrile à cause du faux permis de conduire qu’ils allaient présenter, c’était évident. Ils convergeaient tous vers l’entrée. Après un soupir, il se décide enfin et se place dans la file d’attente, seul. Il retrouve certainement ses amis à l’intérieur. Et pendant plusieurs minutes qui lui paraissent interminables, Luke se retrouve coincé entre deux groupes de jeunes femmes qui s’égosillent entre deux commentaires insipides. Il aurait pu couper la file en glissant un billet dans la poche du videur. Il aurait dû.  Puis, enfin, la délivrance arrive, le tampon apposé sur la main, il pousse la porte intérieure et entre dans la première salle.

    Les décibels lui percent instantanément les tympans alors que les gens se déhanchent au rythme de la musique qui résonne entre les murs. Luke perce l’étendue opaque et se fraie un chemin assez facilement dans la foule. Il faut dire qu’il est assez imposant. Il se dirige vers le carré VIP de la boîte de nuit. Le regard vide et sans but précis, il observe autour de lui et il la remarque. Il la reconnaît. Ava Pearsons. Elle joue de ses charmes, ses courbes moulés dans une robe beaucoup trop courte. Il se stoppe net dans sa progression, Luke se dirige vers elle, un sourire au coin des lèvres. Il avait toujours sur lui un effet placebo, Ava. Il savait qu’il allait s’amuser. D’un coup d’épaule bien placé, il écarte le jeune homme qu’elle était probablement en train de de draguer. Il manque de tomber avant de disparaître laissant à Luke, l’exclusivité. Il la fixe, en silence, affichant un sourire plus prononcé « Ava Pearsons. » articule t-il. « Je ne devrais pas être surpris de te voir …» continue-t-il avant de se pencher dangereusement. « Tu sais que ce n’est pas ici que tu trouvera ton nouveau mari ? » murmure-t-il au creux de son oreille pour être certain qu’elle entende avant de se redresser pour lui faire face de nouveau. Il attendait patiemment sa réponse cinglante, sans doute, comme toujours. Il avait trouvé un adversaire à sa hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
Ava PearsonsPUSH IT TO THE LIMITS, I JUST DON'T CARE.
PUSH IT TO THE LIMITS, I JUST DON'T CARE.
avatar
infos générales
messages :  68 dollars ($) :  4
name :  marie
faceclaim :  shay mitchell, lolitaes
 

age :  thirty years old
career :  proud opportunist
civil status :  widow, free as a bird
family's influence :  ♕ ♕
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
- http://nothingbuttrouble.forumactif.com/t406-it-was-her-chaos-th
(#) Re: meet me on the battlefield (ft. ava pearsons) { Mer 1 Aoû - 22:52 }
La musique était enivrante. Un chant de sirène moderne, entêtant, dans un océan de silhouettes. Les corps se confondaient, les ombres s’alignaient sur les murs colorés du nightclub. La foule était presque étouffante. Les chairs humides se collaient, se frottaient, quelques mains téméraires se baladaient. Les yeux fermés, elle se laissait guider par le rythme effréné d’une chanson connue. Ses lèvres remuaient en suivant les paroles, alors que ses courbes ondulaient suavement. La piste de dance n’était pas son lieu de prédilection. Ava, elle, elle aimait tout ce qui brillait, qui ruisselait par l’éclat des diamants. Les galas, les soirées mondaines où elle pouvait se pavaner, coupe de liquide doré en main. La pièce lui appartenait, dans ces endroits remplis d’hypocrites fortunés. Elle avait cette prestance et ce charme, celui qui faisait pâlir certaines femmes presque banales. Seulement, ce soir, elle voulait s’amuser, sans retenu. Les murs de sa prison dorée rétrécissaient jour après jour, sous le poids des factures et des dépenses qu’elle s’autorisait. La luxure avait un prix, qu’elle refusait de nommer. Les tréfonds de la modestie – de la classe moyenne – l’entraînaient vers le bas, vers un puit sans fond où elle s’était promis de ne plus tomber. Alors, elle dépouille les autres. Des hommes, faciles à séduire, faciles à embobiner. Ils tombaient vite dans le piège de l’envie, du désir. Les néons aveuglants scindaient la foule, et ses prunelles s’attardèrent sur un homme, qu’elle mettrait bien dans son lit. Elle s’avança, telle une chimère, se frayant un chemin jusqu’à sa proie. Elle usait de ses charmes, Ava. Elle papillonnait des cils, jouait avec ses cheveux, caressait les plaines de son torse d’un doigt lent. La magie opérait. Presque. L’homme s’éclipsa rapidement, dans un mouvement flou, au profit d’une silhouette plus grande, plus envahissante. Ses iris se posèrent sur Luke, sur cette tignasse rousse qui ornait le haut de son crâne, et elle ne put s’empêcher de les lever au ciel. « Luke Hepburn, » souffla-t-elle, sur un ton légèrement exaspéré. Ses entrailles bouillonnaient. Un sentiment qu’elle ne savait pas expliquait, l’envahissait. La présence du jeune homme dans son champ de vision – dans sa vie – l’irritait. L’odeur de son parfum embaumait ses narines, et un frisson lui parcourut le corps malgré elle. Son corps vacillait dans un mouvement las. Elle le fixait, un sourcil arqué, les lèvres pincées dans un simulacre de sourire. « Pourquoi ? Tu pensais à moi ? » S’enquit-elle, dans un murmure malicieux. Elle releva la tête avec une grâce mêlée à cette arrogance innée qui la caractérisait. « Oh, je suis déçue. Je pensais que tu allais enfin me demander ma main ce soir. Quel dommage, » lança-t-elle, feignant une moue triste et boudeuse. Sa main s’écrasa sur son épaule, un rire émanant de sa gorge déployée. « Allez, offre-moi un verre. » Sans prendre la peine de l’attendre, elle se dirigea vers le bar d’un pas décidé.
Revenir en haut Aller en bas
 
- meet me on the battlefield (ft. ava pearsons) -
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOTHING BUT TROUBLE. :: newport beach, orange county :: newport shore quartier animé :: time nightclub nightclub-
Sauter vers: