-  i won't be the only one in pieces. [feat. Liam #teamonestbg] -

NOTHING BUT TROUBLE. :: newport beach, orange county :: newport shore quartier animé :: time nightclub nightclub
Shane HawkinsLIGHT OF MY LIFE, FIRE IN MY LOINS.
LIGHT OF MY LIFE, FIRE IN MY LOINS.
avatar
infos générales
messages :  158 dollars ($) :  254
name :  .bipolar
faceclaim :  travis fimmel (shiya)
 

age :  39 ans
career :  ancien riche homme d'affaire reconverti en jardinier fauché dans la famille de son ex-femme.
civil status :  divorcé et célibataire, mais des sentiments qui sont ceux d'il y a huit ans, comme si le temps s'était figé.
family's influence :  ♕
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
-

autres infos
relationships:
availability: 3/5 : Lila │ Jason │ Liam
(#) i won't be the only one in pieces. [feat. Liam #teamonestbg] { Sam 14 Juil - 0:27 }




i won't be the only one in pieces


Je l’ai fait. En moins d’une semaine, j’ai été confronté à bien plus de sentiments divers qu’en huit ans de prison où tout ce qu’on pouvait ressentir c’était la crainte, l’ennuie, l’impatience et le mépris. Une vie de taulard, loin d’être le monde dans lequel j’ai grandis et autrefois placé toute mon ambition. J’ai été fauché jusqu’au bout, pillé jusqu’aux os. Je n’ai même pas pu me payer une situation et une cellule plus correcte qu’un autre. J’ai supporté les pires cons de ce pays, j’ai défendu mon honneur de la barre, jusqu’au trou. A peine sorti que je me suis déjà préparé à affronter un enfer pire que celui-là. J’ai rejoins, tête baissée, ceux qui m’ont été arrachés, ou ceux qui m’ont abandonnés, simple question de point de vue. J’ai vu cette vie qu’ils mènent, cette maison dans laquelle ils vivent, plus belle, plus grande que c’elle qu’on avait à l’époque, mais pas pour autant plus confortable. Pour moi c’est un trou à rat, un nid de snobs, une copie imparfaite de la vie que nous avions. Deux jours que je traine dans ma cabane de jardin, deux jours que me salis les doigts dans la terre, évitant le mieux que je peux de croiser leur regard. Comme si j’attendais qu’ils viennent à moi, je savais qu’il n’était pas encore temps de me révéler. De toute façon je savais qu’ils viendraient à moi d'eux-même. Et c’est arrivé ce matin. La plus belle claque de ma vie. Un carton entre Lila et moi, un corps toujours aussi parfait qui contourne ma démarche dangereuse, et voilà que le visage que j’ai attendu 5 ans de revoir s’est montré. Ce soir ? J’ai juste envie de dégueuler mes tripes.

Ce soir, je sors d'une douche bien méritée après avoir bosser au musée. Parfois je me demande comment je peux travailler avec tout ce qui se passe autour de moi, avec tout ce qui se trame dans ma tête. En vérité, j'ai les pensés si vives, ailleurs et endurcis, que je fais et opère sans même m'en rendre compte, comme si quelqu'un prenait possession complète de mon corps le temps d'une tâche. Ce soir, je vagabonde dans cette ville que je ne connais que de ses quartiers branchés, un endroit que j'ai plusieurs fois visité en tant qu’homme d'affaire. L'envie d'un verre, l'envie de rattraper le temps qu'a perdu mon foie. J’aurais préférée poser mes fesses dans un bar et n’en plus bouger jusqu’à ce que le jour se lève, mais on m’a conseillé le night club qui propose différentes ambiances en une seule soirée. Je ne réfléchis même pas. Je marche, je paye, je rentre.

User de mes pourboires de la journée, user du peu d’argent qui accompagne mon suivi personnel de taulard en liberté. M’asseoir à l’une des chaises vides du bar, bien dans un coin, légèrement tourné face à la mer. Sentir un vent frais se glisser sous ma barbe. Aucune envie de m’enfermer à l’intérieur, de me sentir à nouveau étouffer par des murs de pierre. Posé dans l’ombre, je dépose mon deuxième verre de rhum vide sur le comptoir. L’alcool me brûle la trachée, un sentiment qui fait du bien. Je n’ai presque pas touché une goute d’alcool depuis huit ans, alors autant dire que ses quelques gorgées me montent déjà à la tête. Le barman passe devant moi et je l’interpelle pour la troisième fois, si c’est bien à lui que je m’étais adressé avant. « C’est cher vos merdes, mais j’en prends un troisième. De rhum. » Garder un air sympathique malgré tout, user de son regard azur et de son charisme naturel pour laisser passer inaperçu le désarroi. C’est lorsqu’il ne nous reste plus rien qu’on se rend compte de la valeur des choses, et surtout des bonnes choses. J’ai toujours eu beaucoup d’estime pour l’argent, mais on va pas se mentir, je dépensais sans compter. Là je pleure presque à l’idée de lâcher un billet. Mais j’en ferais quoi hein ? Offrir un cadeau à ma femme ? Mais oui, comme ça je paye des vacances à mes enfants aussi ! Laissez-moi rire. C'est d'ailleurs à ses pensés que je lui donne un billet tout en lâchant sans gêne des paroles étouffés dans ma barbe, mais parfaitement compréhensibles. « Pour c'que j'en ferais. » J’ai tellement la tête qui tourne, que je me mets à rire comme un con d'une expiration forte, un sourire nerveux accompagné d’une paume de main qui se frotte à mon front. Salope de vie. Si je me morfond ? Non, je revie, au contraire. Qu'il me prègne pour un ivrogne perdu dans un club de jeunes saoulards s'il le souhaite, mais je n'en ai pas l'air.

© SWIRLY



Revenir en haut Aller en bas
Liam SullivanLIGHT OF MY LIFE, FIRE IN MY LOINS.
LIGHT OF MY LIFE, FIRE IN MY LOINS.
avatar
infos générales
messages :  128 dollars ($) :  286
name :  dannamei/amandine
faceclaim :  ken samaras, nekfeu.
 

age :  thirties, time passes without worrying him.
career :  volunteer firefighter, part time bartender at the time nightclub.
civil status :  single, do not really care to mingle.
address :   lives in a beautiful tiny house on Big Canyon
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
- http://nothingbuttrouble.forumactif.com/t608-dis-pas-a-un-zoophi

autres infos
relationships:
availability: shane,, briony,, victor,, cassandre,, dawn,, ....
(#) Re: i won't be the only one in pieces. [feat. Liam #teamonestbg] { Jeu 19 Juil - 22:40 }


i won't be the only one in pieces


Dieu que le Time était agité ce soir et pour cause, trois jeunes adultes fêtaient leurs anniversaires ce soir et Liam qui avait - sans mauvais jeu de mot - de la bouteille dans ce rade de fêtards bourgeois avait été chargé de tout orchestré, il se devait de s'assurer que leurs tables soient toujours pleines d'alcool et de douceurs apéritives et ce genre de conneries. Pour ces occasions les propriétaires avaient même fait en sorte que de sublimes créatures viennent se déhancher au rythme des sons de l'été non loin des dites tables afin de mettre de l'ambiance et certainement faire plaisir a ces trous du culs à l'avenir tout tracé et incapables de se décroché du téton de leur mère. Bande d'incapables assistés. Le plus rude avait été le début de soirée, on s'entend bien, l'heure était déjà tardive lorsqu'ils se sont tous mit a arriver en masse pour se trémousser sur la piste de danse. Entre deux services de tables - c'est que cela rapportait mieux de privatiser ses services pour des événements organisés au sein de la boîte - un gaillard auquel, même ivre jamais Liam ne se serait frotté l'interpellait pour qu'il vienne remplir son verre.
C'est qu'au début il n'y avait pas tellement prêté attention, la montagne, comme il l'avait surnommé dans sa tête, le fit sourire quand il fit remarquer que le prix des verres n'étaient pas donné dans ce rade. Il glissait une mèche de ses cheveux salement décolorés au racines brunes apparentes derrière son oreille et saisit le billet de ce type. "Il est pour moi celui-là." qu'il a lâché à moitié amusé par l'air renfrogné de son interlocuteur. Il cessait alors de vagabonder entre les tables réservées et le bar derrière lequel, habituellement, il se trouve planté. Un signe de tête à un de ses seconds pour lui demander de prendre la suite en charge et Liam se retourne pour empoigner la bouteille de rhum que Gugus semble tant apprécier. "Ne le prenez pas mal, mais d'expérience, ça ne résout rien de s'atomiser le foie." il a dit ça comme ça, d'une voix claire et intelligible en remplissant de nouveau le godet de ce client que le jeune homme n'avait encore jamais été amené à rencontrer. Ses prunelles ébène entre en contact avec celles d'acier de la Montagne et il déglutis, se sent presque mal d'avoir osé ouvrir sa bouche. Il craignait que l'homme pense qu'il lui faisait des avances ou pire la morale alors qu'ils ne se connaissaient pas. "Ça vous ennuie si je ... ? " il sortit un verre de sous le comptoir et soulevait la bouteille pour s'en servir un verre également. "Vous n'êtes pas un habitué, sans ça j'serais déjà en train de vous tutoyer, quel bon vent vous amène au Time ?" s'est-il hasardé maladroitement tout en tentant de dégager une aura positive, sereine et l'image d'un barman sur de lui. "Moi c'est Liam." salut j'ai 4 ans, connard va. Bordel, il craignait tellement que le Gugus lui en décolle une en l'envoyant chier qu'il sourit bêtement en faisant claquer son verre contre le sien pour trinquer. A quoi ? La paix dans le monde ? Laisse-moi rire.
© SWIRLY


homme loup au cœur d'acier
tu s'rais là si j'repartais à zéro, à m'rappeler les vraies choses, à calmer mes névroses.
Revenir en haut Aller en bas
Shane HawkinsLIGHT OF MY LIFE, FIRE IN MY LOINS.
LIGHT OF MY LIFE, FIRE IN MY LOINS.
avatar
infos générales
messages :  158 dollars ($) :  254
name :  .bipolar
faceclaim :  travis fimmel (shiya)
 

age :  39 ans
career :  ancien riche homme d'affaire reconverti en jardinier fauché dans la famille de son ex-femme.
civil status :  divorcé et célibataire, mais des sentiments qui sont ceux d'il y a huit ans, comme si le temps s'était figé.
family's influence :  ♕
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
-

autres infos
relationships:
availability: 3/5 : Lila │ Jason │ Liam
(#) Re: i won't be the only one in pieces. [feat. Liam #teamonestbg] { Lun 23 Juil - 11:37 }




i won't be the only one in pieces


Je n’en ai pas eu assez il faut croire. C’est quoi deux verres ? Que dalle. Je ne compte même plus le nombre de verres que j’ai bu dans ma vie, ou au cours d’une seule soirée. J’avais même fait pire que ça. J’avais embarqué Lila dans ma décadence, dans le luxe, la drogue et l’alcool. Mais on était jeune, malin, et bien qu’amoureux, on en était pas plus aveugle. Alors on a kiffé et on a profité, mais on en est sorti assez rapidement par la suite. Parce qu’il était en route. Théodor gisait dans le ventre de sa mère.

Ouais, c'est à ça que je pense pendant que le barman me sert. Il m'a fallu un sacré temps pour comprendre que le troisième verre de rhum est offert par la maison, ou du moins par celui qui me le tend. La voix faiblarde, un peu surpris, je le remercie alors pour son geste. Puis, je rigole d’une expiration nasale à sa remarque, celle sur un foie atomisé qui ne résoudra rien à mes problèmes. Il est en droit de dire ce qu’il veut, je m’en fiche. « Mon foie c’est comme une vieille peau. Ça fait 8 ans qu’il a pas été atomisé, il en redemande. » Wow, bravo pour la blague de gros beauf. C’est l’alcool qui fait effet, la prison qui ma perverti ou c’est carrément le manque de sexe ? Où est passé l’ancien riche un peu classe ? Il n’a jamais vraiment existé. J’avais de l’argent, mais je n’ai jamais été hautain, exception faite avec les pires merdes de ce monde à mes yeux. Mon attention est vite déviée, très vite. Car à peine ai-je prononcé ses paroles que j’avais déjà tourné la tête vers la foule qui m’entoure. Des jeunes en ébullition, des langues qui s’arracheraient presque, des danseuses dans la fleur de l’âge, des ivrognes gueulant à leur santé avant chaque shot. Toute cette admiration n’a duré qu’un instant. En une fraction de seconde je rapporte mon regard sur le barman qui propose de se joindre à moi. Je le fixe de mon regard toujours si involontairement oppressant, de ce sourire en coin aux airs méprisants, pourtant extrêmement amusé. Hocher la tête, lentement, dans l'accord qu'il me suive. De toute façon, il enchaîne directement, une réplique qui me donne une mine amusé, bien que surprise. Liam, comme il dit s’appeler, me tape la discute avec beaucoup de sympathie. Alors oui, je le regarde, je tente de le cerner à travers les lueurs festives qui éclairent nos visage une fois sur deux. D'avantage fermé depuis mes années de taule, mon cerveau demande pourtant à ce que je reste cool avec ce gamin. Après tout, il ma payé un coup. Après tout il me tend le verre pour trinquer. Ce que mon visage exprime, c'est ce "pourquoi pas." Un bruit d'éclat de verre, puis je me laisse le temps de boire, une longue et lourde gorgée de ce rhum avant de lui répondre. Gorge brûlante, tête tournante. « Shane. » Et c’est tout, je m'appel Shane. Quand on pense que je m'arrêterais là, que ce simple mot annonce l'invalidité à en dire plus à mon sujet, on se plante. « Je suis venu dépenser ce qu'il me reste. » Autrement dit pas grand chose, et tout seule en prime. « Et je suis pas un habitué, j'te confirme. Je viens d'arriver en ville. » Achever mes paroles en buvant la deuxième et dernière gorgée de mon verre. Une main faiblarde de passage dans mes cheveux, des petits yeux qui ne demanderaient qu'à dormir mais qui en sont incapables. Alcool de merde que je sens monter. Le rhum c'est vicieux. Tu le bois, encore et encore, et tu ne sens les effets dévastateurs que plus tard. C'est comme une claque injustifiée en pleine gueule. Rapporter une fois encore le verre contre mes lèvres, tenter d'en extraire encore un peu de liquide alors que le verre est vide. Râler, faiblement dans ma barbe, totalement hors sujet pour qui peut m'entendre, totalement compris par moi-même. « Putains de Nichols. »

© SWIRLY
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
infos générales
plus de détails
-
(#) Re: i won't be the only one in pieces. [feat. Liam #teamonestbg] { }
Revenir en haut Aller en bas
 
- i won't be the only one in pieces. [feat. Liam #teamonestbg] -
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOTHING BUT TROUBLE. :: newport beach, orange county :: newport shore quartier animé :: time nightclub nightclub-
Sauter vers: