-  poison. (louisa) -

NOTHING BUT TROUBLE. :: benefit of the doubt :: Archives NBT :: jouer en rp rps, events
Harald PhillipsTO BUY THE TRUTH AND SELL A LIE.
TO BUY THE TRUTH AND SELL A LIE.
avatar
infos générales
messages :  46 dollars ($) :  336
name :  /
faceclaim :  aaron paul.
age :  trente trois ans.
family's influence :  ♕♕♕♕♕
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
-
(#) poison. (louisa) { Mar 10 Juil - 12:46 }
c'est par pure politesse que tu t'es pointé à cette soirée.
une pool party pour célébrer l'arrivée de l'été. c'est ce que prétendait le carton d'invitation, vous signifiant également que pour une fois, la tenue se devait être décontractée. décontractée, mais néanmoins classe c'est ce que tu t'es dit avant d'enfiler un short de bain Chanel et une chemise en lain blanche légèrement entrouverte. tu t'es pointé deux heures après l'ouverture des hostilités, faisant ronronner ta maserati jusqu'à l'allée principale.
déjà une heure que tu joues le jeu. des sourires en veux-tu en voilà, des poignées de main et des regards lubriques en direction des nombreuses jeunes femmes vêtue seulement de mini-bikini. monsieur brooks a fait les choses en grands. et tu apprécies le whisky que tu es en train de déguster. t'échanges quelques mots avec d'anciens clients, vous discutez de tout sauf des affaires. ils axent leurs mots sur les gamines beaucoup trop jeunes pour eux, celles qui atisent leur curiosité et leur envie en profitant de la piscine chauffée.
ton regard à toi est très vite attrapée par la silhouette élégante de Louisa, ancienne madame Rutherford. plus appêtissante que toutes les autres dans sa robe blanche qui laisse apparaitre un maillot de bain choisit avec soin. tu t'excuses auprès de tes interlocuteurs, et tes pas t'emmènent déjà à sa rencontre. elle est occupée avec un autre et tu n'en as que faire quand tu glisses ta main dans le bas de son dos en guise de bonjour.
louisa... quel plaisir de te croiser ici...
t'as un sourire carnassier.
des mois que tu ne l'as pas vue, des mois qu'elle fait la morte. vous qui avez tant partagé.
ce n'est pas dans tes habitudes de garder le silence.
ajoutes-tu, ton regard océan rempli de sous-entendu.
mais peut-être que je dérange ?
question rhétorique puisque tu n'en as que faire. tes doigts s'agrippent à sa hanche alors que ton attention se porte sur l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
infos générales
plus de détails
-
(#) Re: poison. (louisa) { Mar 10 Juil - 21:52 }
Quand Louisa s’approche d’un serveur et fait mine de prendre une flûte de champagne, quelqu’un la devance, s’empare de deux verres en même temps, dont celui qu’elle voulait s’octroyer, avant de lui tendre. Oh, Nathaniel, quelle surprise. Agréable, ceci dit. Elle lui adresse un sourire en coin, l’écoute déblatérer durant une dizaine de minutes en faignant l’air intéressé si parfaitement qu’elle aurait elle-même pu y croire. Elle attend patiemment qu’un nouveau serveur passe à leurs côtés pour troquer sa coupe vide contre une pleine, parce qu’entre Harald qu’elle a aperçu dans un coin entouré d’hommes aux regards plus qu’intéressés pour les gamines au bord de la piscine et Thatcher de l’autre côté, ainsi que sa meute de rejetons, elle a juste envie de disparaître sous terre. Le plus vite sera le mieux – aussi, le champagne semble une bonne alternative à cette possibilité.

Nathaniel finit par la faire rire, elle lui saisit le bras, se rapproche légèrement – parce que maintenant qu’il a fini de parler de chiffres dont elle n’a que faire, elle le trouve drôlement plus intéressant. Et lorsqu’elle sent une main se glisser jusqu’au bas de son dos, elle pivote légèrement, sourcils haussés, une moue hautaine étirant les traits de son visage. Elle veut voir quel énergumène a osé la toucher, et… Oh, non. "Harald", menace-t-elle, d’abord tout sourire, avant de tourner les yeux vers le ciel en un geste exaspéré lorsqu’elle aperçoit le carnassier qui étire ses lèvres, très vite suivi par sa remarque déplacée. S’il continue, elle s’imagine sans mal lui adresser un petit geste maladroit et situé au bord de la piscine, le jeune homme pourrait finir trempé jusqu’à l’os, à patauger au milieu de toutes les nymphettes. L’idée lui semble terriblement plaisante. "Mmh ?" Oh. Elle sent son étreinte se resserrer et vient poser une main sur celle qui agrippe sa hanche pour minutieusement détacher chacun de ses doigts afin qu’il la lâche. "Nathaniel, je te présente Harald. Harald, voici Nathaniel." Elle marque une pause. « Harald est… Enfin, son père est un ami de la famille. » Et lui a été l’avocat de son mari, sujet qu’elle ne préfère pas soulever. "J’ai besoin d’un nouveau verre, je reviens. Vous… Vous n’avez qu’à faire connaissance, je suis certaine que vous vous entendez à mer-vei-lle", propose-t-elle, l’envie de se défiler brûlant chaque parcelle de sa peau. "Je reviens tout de suite." Ou jamais, oui.
Revenir en haut Aller en bas
Harald PhillipsTO BUY THE TRUTH AND SELL A LIE.
TO BUY THE TRUTH AND SELL A LIE.
avatar
infos générales
messages :  46 dollars ($) :  336
name :  /
faceclaim :  aaron paul.
age :  trente trois ans.
family's influence :  ♕♕♕♕♕
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
-
(#) Re: poison. (louisa) { Mar 10 Juil - 22:27 }
tu prends tes aises, comme à ton habitude.
tu penses que le monde est à tes pieds, et s'il ne l'est pas, il le sera dans un futur proche. alors c'est naturellement que tu t'es rapprochée de louisa, parce qu'il y a trop longtemps que tu ne t'es pas retrouvé en sa compagnie. c'est tout naturellement que tu as marqué ton territoire, te faisant imposant dans un espace où tu n'étais pas désiré. tu peux le voir au regard de l'homme, à la façon dont la femme détache tes doigts de sa hanche. tu ne forces pas, tu souris, toujours. tu dévisages le dit nathaniel quand elle fait les présentations, de haut en bas, d'au moins dix ans ton aîné. une bonne situation si on en croit sa coiffure et la montre qui brille à son poignet. sans aucun doute l'un de ses compagnons, amant d'un soir, ou plus. qui résisterait à la femme cavendish.
il tend la main, et tu la saisis par principe.
un ami de la famille, oui, effectivement.
que tu lâches amusé. ami n'est pas le bon mot, ami n'est qu'un euphémisme et s'il est assez intelligent, il le sait. vous savez tout les deux. la femme qu'il convoite ce soir, vous l'avez eu tout les deux. voilà que madame veut prendre la fuite, s'éclipser pour un nouveau verre et ne jamais revenir. c'est sa marque de fabrique ces derniers temps. et tu saisis son poignet doucement.
s'il te plait, reste. tu as disparu bien trop longtemps pour me faire faux bond ce soir. c'est un souffle, un murmure pour elle seule, pour remuer les souvenirs et qu'elle n’oublie pas l’intérêt certain que tu as pu lui apporter.
tes yeux clairs se plongent dans les siens, et tu souris de plus belle. nathaniel s'en mêle. oui, reste louisa. son sourire néanmoins est plus crispé que le tiens, et plutôt que de rester debout tu les invites à prendre place sur l'une des banquettes. un claquement de doigt dans les airs et l'on pose déjà une bouteille sur la table en face de vous, on remplit à nouveau vos coupes. ce n'est pas à tes côtés que louisa a pris place, et ça t'amuse plus que de raison.
alors, qu'est-ce qui vous lie ? on ne peut pas nier une réelle alchimie entre vous.
t'es moqueur, taquin. et l'homme te prend au mot, fier comme un coq. sa main glisse jusqu'à la cuisse de la femme, un trophée qu'il aimerait brandir bien haut. louisa et moi-même avons partagé de nombreuses choses. il sourit et tu bois une gorgée de whisky.
c'est une femme merveilleuse. lances-tu alors que tu tournes le regard vers les culs rebondis qui se trémoussent non loin de là. t'as l'oeil volage. comme toujours.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
infos générales
plus de détails
-
(#) Re: poison. (louisa) { Mar 10 Juil - 23:03 }
Y’a cette poignée de main qui, elle le pense durant quelques instants, scelle son échappatoire à l’opposé des deux hommes. Et y’a ce regard que Nate lui lance, quand Harald confirme ses dires – ami de la famille, qui y croirait, le mensonge est pas trop difficile à débusquer, pas besoin d’être ultra clairvoyant. Oh, mais dans quoi s’est-elle encore fourré, cette fois-ci ? Il suffirait qu’elle aille retrouver quelques amies, repérées plus tôt lorsqu’elle est arrivée, de l’autre côté de la piscine, ce serait parfait. Elles jaseraient, Louisa écouterait les commentaires désobligeants envers les plus jeunes qu’elles envient presque toutes. Elle aussi, par moments, même s’il est hors de question qu’elle l’admette – laisser penser qu’elle n’est pas aussi sûre d’elle qu’elle en a l’air ? Certainement pas. Ca serait ennuyeux, il lui faudrait quelques verres en plus pour rendre le tout supportable, mais ça pourrait pas être pire que ce qu’elle est occupée à subir, de toute façon. Harald vient la tirer de ses pensées, et elle lui adresse un sourire en retour, vient murmurer sur le même ton : "t’as pas envie de me laisser disparaître un tout petit peu plus longtemps ?" Elle sait qu’il veut juste marquer le coup, la pousser à se remémorer qu’ils ont passé d’excellents moments, tous les deux. Qu’il y a quelques mois, elle ne le repoussait pas comme ça, bien au contraire. Y’a quelques mois, elle était envolée et irresponsable, voilà tout.

Elle a à peine les temps de s’installer et évidement, elle choisit de prendre place à la droite de Nathaniel. Elle se sent tout de même étouffer – ils ont beau être à l’extérieur, elle a l’impression de manquer d’air. Bon sang, elle déteste ce genre de situation. Y’a peut-être une leçon que le destin cherche à lui faire tirer, derrière toute cette mascarade. Elle est pas d’humeur, en tout cas, parce qu’en face, Harald s’amuse drôlement de la situation et qu’à côté, Nate a l’air plus fier qu’un paon. Louisa se sent glisser contre le dossier du siège, les yeux tournés vers le ciel. Que quelqu’un lui vienne en aide, pardi. Où sont ses enfants quand elle a besoin d’eux ? Elle balaye l’endroit d’un geste du regard : aux abonnés absents, évidement. Lorsqu’il vient glisser une main sur sa cuisse, elle le fusille du regard et c’est un peu comme si elle l’avait brûlé à vif, parce qu’il la ôte aussitôt. Y’en a au moins un plus docile que l’autre, c’est déjà pas mal. "Oui, enfin.. On a pas partagé tant que ça ", ne peut-elle s’empêcher de préciser. "Tout de même…" Nouveau regard accusateur, il se tait. C’est quelle ne se souvient plus trop, parce qu’elle était terriblement saoule, mais dans ses souvenirs, il était beaucoup moins vantard. Et quand Harald en rajoute une couche, c’est vers lui qu’elle lance un regard assassin, avec l’envie de lui demander de la fermer, l’air toujours guindé pour masquer cette vulgarité, bien entendu. Mais il a les yeux baladeurs, alors un sourire moqueur étire ses lèvres et elle lui lance à la dérobée :  "tu devrais peut-être aller rejoindre tes amies, on ne bougera pas d’ici, tu nous retrouveras quand tu voudras." D’un geste du menton, elle désigne les jeunes femmes qu’il observait, l’œil avide, quelques secondes plus tôt. Et bon débarras. Suffirait d’échapper à Nathaniel après ça, ce qui serait bien plus facile.
Revenir en haut Aller en bas
Harald PhillipsTO BUY THE TRUTH AND SELL A LIE.
TO BUY THE TRUTH AND SELL A LIE.
avatar
infos générales
messages :  46 dollars ($) :  336
name :  /
faceclaim :  aaron paul.
age :  trente trois ans.
family's influence :  ♕♕♕♕♕
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
-
(#) Re: poison. (louisa) { Mar 10 Juil - 23:40 }
si tu lui accordais un tout petit peu plus de temps, tu sais, qu'elle disparaîtrait certainement pour de bon. bien que tout le gratin se connaissent ici bas, il lui serait aisé de se débrouiller pour que tu ne l'approches plus. il y a quelques mois, les appels étaient bref, les messages échangés évasifs, mais vos retrouvailles explosives. c'est la nostalgie qui te gagne, l'ego qui se réveille, et le mâle ne supporte pas l'abandon volontaire. alors tu cherches la petite bête, tu veux la voir s'enflammer dans la vie réelle comme elle pouvait prendre feu lors de vos moments charnels.
elle est reine ici. elle le montre, nathaniel ou peu importe son nom n'a pas son mot à dire, à les gestes trop déplacés pour miss cavendish. c'est elle qui décide, il en a toujours été ainsi. c'est elle qui a initié vos premiers corps à corps, pourtant ce n'est pas elle qui y mettra fin. tu t'en fais la promesse. ils n'ont pas partagé tant que ça et tu ricanes dans ta barbe. les yeux volages, la femme au lieu de te rappeler à l'ordre t'invite à rejoindre les nymphes. c'est un choix que tu aurai pu envisagé -mais non, pas tout de suite. alors tu replonges tes yeux azurs dans les siens, ton pied vient prendre appuie contre ton genoux alors que tu te laisses un peu plus avalé par la banquette.
ma présence t'es tant insupportable ?
questionnes-tu sourcil arqué.
ça n'a pas toujours été le cas, je vous rassure.
phrase rajoutée pour l'homme qui tente de garder une certaine contenance. il y a des nuits où mon prénom s'échappait de tes soupirs. ce sont les mots que tes yeux traduisent, avant que tu ne rompes le contact visuel pour boire une énième gorgée. tu cherches aux alentours, tu cherches et tu trouves la belle brune rutherford, sourire gourmand.
peut-être qu'astoria sera plus comblée par ma compagnie. je la vois, juste là bas. je serai des plus incorrects si je n'allais pas la saluer.
tu joues un jeu dangereux, top dangereux. car les lionnes deviennent féroces si l'on s'en prend à leurs enfants. tu pourrais te lever tout de suite, presser le pas et continuer la soirée en sa présence. déblatérer sur des choses et d'autres, et pourquoi pas, laisser sous-entendre à la mère à une fin de soirée dont elle connait les délices.
j'étais ravi nathaniel, vraiment. faux. louisa, au plaisir. lâches-tu en te relevant, ton verre dans la main alors que tu contournes la table.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
infos générales
plus de détails
-
(#) Re: poison. (louisa) { Mer 11 Juil - 0:49 }
Elle sait qu’Harald a l’ego démesuré, comme tous les hommes qu’elle a tendance à fréquenter d’un peu trop près, parce qu’elle trouve ça plus attrayant et captivant. Elle sait pas ce qu’elle préfère, si c’est quand elle le leur explose ce dit ego au visage, qu’elle trouve ça jouissif ou si c’est lorsqu’elle prend graduellement le dessus sans qu’ils ne s’en rendent compte. Les jeux de pouvoir, elle s’y prête depuis qu’elle est aussi haute que trois pommes – ça a commencé en faisant chanter papa concernant l’adultère découvert, et ça n’est pas prêt de se terminer. Elle n’est pas prête, en tout cas, à laisser Harald prendre le dessus, d’une façon comme d’une autre. Et s’il n’est pas fichu d’accepter qu’elle lui dise non, qu’elle a décidé de mettre un terme à leur relation plus que cordiale, c’est son problème à lui, et non le sien. Leurs regards se croisent, s’accrochent quelques instants, se défient sans doute un peu, aussi, tant et si bien qu’elle arque un sourcil, hautaine. Mais ses yeux. Oh, ses yeux. Louisa pourrait presque se gifler, histoire de se remettre les idées en place. "Ce n’est pas ce que j’ai dit", soupire-t-elle en roulant des yeux. Elle se rapproche de Nate, pourtant, juste un chouïa et peut-être qu’il comprendra qu’il est temps qu’il aille rejoindre l’une des ferventes admiratrices le dévorant du regard. "Ca suffit, arrête." Elle pourrait le tuer, là, maintenant, tout de suite. Le pousser dans la piscine et l’y noyer. Juste pour cette petite phrase mesquine, pour ce regard qu’elle interprète sans le moindre mal, qui n’a de cesse que de lui rappeler des nuits plus que plaisantes. Des nuits sur lesquelles elle veut faire une croix, même s’il ne l’accepte pas.

Et elle remarque bien vite qu’il cherche quelqu’un dans la foule. Louisa y voit une échappatoire, dans un premier temps, avant qu’il n’ouvre la bouche, et qu’elle ait à nouveau envie de le tuer. Elle aussi, repère aisément Astoria, princesse à la Cour dense, au sein de laquelle elle ne veut pas voir Harald parader. "Qu’est-ce que tu fais ?" Elle se décolle Nathaniel qu’Harald salue, et qu’elle oublie en à peine quelques secondes, l’insignifiant d’une longue liste. " Reviens, Harald." Les ordres sont vains. Il contourne la table, l’air plus fier au gré des secondes. Quel petit… Enfoiré. Il fait à peine quelques pas que Louisa l’attrape, d’un geste délicat et mesuré, par le col de sa chemise, l’attire dans sa direction, sans doute un peu trop près pour ne pas éveiller les soupçons. Quelques regards s’attardent sur le drôle de duo qu’ils forment et elle le repousse. "Arrête ce petit jeu." Elle marque une pause, se pince l’arrête du nez en dodelinant la tête. Quelle idée, de s’envoyer un plus jeune, aussi, bon sang. "Il y a une centaine de filles aux alentours, oublie Astoria." Elle a presque envie de rajouter : tu ne pas pas te taper et la mère, et la fille. C'est son ego à elle, qui ne le supporterait pas. Et puis, elle préférait ignorer cet aspect de la vie de celle qu'elle avait toujours élevé au rang de princesse.

Revenir en haut Aller en bas
Harald PhillipsTO BUY THE TRUTH AND SELL A LIE.
TO BUY THE TRUTH AND SELL A LIE.
avatar
infos générales
messages :  46 dollars ($) :  336
name :  /
faceclaim :  aaron paul.
age :  trente trois ans.
family's influence :  ♕♕♕♕♕
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
-
(#) Re: poison. (louisa) { Mer 11 Juil - 11:54 }
astoria rutherford, tu n'y avais jamais songé de cette façon.
c'est seulement pour la mettre dans tout ses états que tu t'y attardes. parce que des deux, il n'y a que la mère qui avait sû attirer ton attention. par sa préstence, son importance au sein de ce monde. ses yeux clairs et son corps parfaitement bien conservé pour une femme de dix-sept ans ton aîné. tu t'es levé et tu ne les regardes plus, t'as pris ta décision. et pour dire vrai, tu n'y crois pas quand tu entends ses mots. encore moins lorsque tu sens son étreinte. sa main accrochée au col de ta chemise te force à te retourner. t'es relativement près d'elle, et les queques yeux curieux se tournent vers vous alors elle te repousse doucement. comme si cela pouvait quoi que ce soit à ce qu'ils se mettent à croire. phillips et cavendish, tu pourrais presque les entendre murmurer quelques ragots.
quel petit jeu ?
t'arques un sourcil moqueur. elle te traite comme un gosse, alors tu te comportes comme tel. pour son plus grand plaisir. une centaine de fille oui, mais qu'une seule qui t'attire. louisa. tu bois une nouvelle gorgée, tu termines même ton verre avant de le poser sur le plateau d'un des serveurs qui passait par là.
il faut croire que ce soir, ce sont tes gênes qui m'attirent... [/b]
c'est un fait. et si elle te refuse une simple conversation, alors tu iras trouver ton bonheur ailleurs et plus, si affinités. qui sait ? tu soupires doucement, un fin sourire en coin. pour la première fois de la soirée, tes yeux clairs affrontent les siens. tu t'y perds un peu.
arrête de me traiter comme si j'étais l'un de tes fils. je n'ai pas besoin que l'on m'explique comment gérer mes états d'âme. par contre tu pourrais commencer à gérer les tiens.
tu serres les mâchoires.
qu'est-ce qui se passe ? tu t'es rapproché légèrement. ton ex-mari est ici c'est ça ? ou alors, ce fameux monsieur nichols ? au même rythme que tes paroles, tu zyeutes autour de vous. t'as peur de ce qu'ils pourraient croire c'est ça ? ou alors tu n'assumes plus de t'être tapé un petit jeune, hm ? tu ricanes. que tu fasses la morte n'arrangera rien. finis-tu.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
infos générales
plus de détails
-
(#) Re: poison. (louisa) { Mer 11 Juil - 16:21 }
"Quel petit jeu ?", répète-t-elle, une main sur le cœur. Elle oscille doucement entre l’outrage et l’amusement, c’est que pour la faire sortir de ses gonds, il est fameusement doué. Ou c’est elle qui est un brin plus susceptible qu’elle n’aime le croire. Faut dire que quand les choses ne vont pas dans son sens, elle se sent toujours piquée à vif, gamine capricieuse des quartiers huppés, mauvais caractère jamais réfréné. "Celui auquel tu te prêtes depuis que tu t’es interposé entre Nate et moi". Nate, qu’elle a planté sans plus de cérémonie, dont elle gagnera le pardon à la prochaine réception. Suffira d’un battement de cils, de doigts qui glissent le long de son bras et d’un sourire désolé, comme si elle en avait quelque chose à faire – elle les connaît par cœur, ces messieurs et leur ego démesuré. Pour l’heure, elle lisse les pans de sa robe, à la recherche d’une quelconque imperfection sur laquelle elle pourrait s’acharner plutôt que d’affronter le regard bleuté d’Harald. Et puis, il s’avance et elle recule d’un pas, l’attention captée dans sa direction. Elle a pas envie de lui avouer que ces derniers temps, elle enchaîne les actions irréfléchies, qu’elle a préféré laisser place à l’euphorie plutôt qu’à l’ennui, avant qu’elle ne se rappelle elle-même à l’ordre. "Alors toi, tu n’as pas besoin qu’on t’explique tes états d’âmes, mais bien entendu, il faut que tu m’expliques les miens", fait-elle remarquer, un sourcil arqué. Oh, ces hommes. Toujours à penser tout savoir, toujours à vouloir expliquer aux femmes ce qu’elles ressentent ou doivent ressentir. Il n’a pas entièrement tort, ceci dit, et ça l’irrite profondément, bien entendu. En attendant, un petit rire s’est échappé de ses lèvres, yeux tournés vers le ciel avant de les braquer sur sa silhouette parfaite. Oui, son ex-mari est ici – et si elle s’amuse à détailler ses fréquentations, elle sait qu’il en est de même pour lui, elle le connaît par cœur. Et Thatcher de l’autre côté, après leur dernière altercation, la met drôlement mal à l’aise. "Peur de ce qu’ils pourraient penser ?" Nouveau rire, elle secoue la tête. L’espace de quelques instants, Louisa a l’impression qu’Harald a oublié à qui il fait face. "Allons, on parle des deux hommes qui passent leur temps à se taper des jeunes filles à peine majeures." Ça lui échappe un peu trop vite, constatation universelle de leur cercle de fréquentations, que tous préfèrent passer sous silence. Ils ne sont pas en position de la juger. Et puis, elle préfère ne même pas évoquer les femmes – certaines de ses amies préfèrent leur professeur de tennis, encore étudiant, plutôt que leur époux. Il a pas tort, pourtant, et ça lui donne envie de lui faire ravaler son petit sourire emprunt de sûreté. Ca la dérange, d’avoir succombé, d’avoir laissé un plus jeune entrer dans sa vie, parce qu’il a l’âge de son fils et qu’elle… Eh bien, elle se sent coupable, sous une certaine forme, même si elle ne parvient pas réellement à comprendre pourquoi. Même si elle cherche à prétendre le contraire. "Qu’est-ce que tu veux, au juste ?" Elle plante son regard dans le sien, énième bataille, elle n’en est toujours pas lasse, pourtant, c’est un adversaire de taille. Rien avoir avec Nathaniel. Et qu’est-ce que c’est plaisant.

Revenir en haut Aller en bas
Harald PhillipsTO BUY THE TRUTH AND SELL A LIE.
TO BUY THE TRUTH AND SELL A LIE.
avatar
infos générales
messages :  46 dollars ($) :  336
name :  /
faceclaim :  aaron paul.
age :  trente trois ans.
family's influence :  ♕♕♕♕♕
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
-
(#) Re: poison. (louisa) { Mer 11 Juil - 22:12 }
elle joue les femme outrée, et le rôle ne lui colle pas à la peau. tu peux lire sur son visage l'agacement et l'hypocrisie, ça t'amuse. intérieurement t'as l'ego gonflé à bloc, râvi qu'elle se soit levée pour prendre le temps de te rattraper. tout ce qu'elle ne veut pas, c'est que tu touches à sa petite princesse. elle ne le supporterait pas, mais qu'il serait agréable d'admirer sur ton tableau de chasse un arbre généalogique presque entier. tu souris bêtement.
ce n'est pas comme si tu râtais quelque chose. reponds-tu en envoyant un coup de menton vers l'homme esseulé. ce n'est pas comme si elle avait réellement quelque chose à foutre. il n'était qu'une échappatoire de plus. un homme moins coriace, moins grande gueule. qui ne fait que ployer le genoux face à la reine des abeilles. elle recule quand tu avances, tu souris alors qu'elle s'offusque encore une fois. ses états d'âme t'importe peu, autant qu'elle n'apporte aucune considération aux tiens. et tu touches la corde sensible en abordant les deux hommes de sa vie. des grands hommes que tu trouves pourtant des plus pathétique, comme ton père. ils font partis de ces hommes qui accumulent à leurs bras des femmes trophées, refusant d'admettre au grand jour leur infidélité chronique. elle s'enflamme, balance des vérités qui lui tienne à coeur et ton sourire n'a de cesse de s'élargir. la question finit par trancher l'air. qu'est-ce que tu veux ? nouveau pas en avant, et si elle recule c'est contre le mur de la pool house qu'elle se retrouve acculée. vous n'attirez plus vraiment l'attention, la musique bat son plein.
comment font-ils pour trouver attirantes des gamines aussi insipides ? tes yeux clairs toujours dans les siens, tu complimentes la femme. alors qu'ils pouvaient t'avoir, toi. tu penses chacun de tes mots. tu passes une main dans tes cheveux, un léger rire t'échappe. je n'aime pas que l'on me fuit sans raison... je ne veux rien. strictement rien. ajoutes-tu. tu n'as jamais rien attendu de la part de louisa, vous preniez juste du bon temps, et tu te le remémores à la vue de ses courbes, de ses lèvres, et du timbre de sa voix. mais maintenant, je suis intrigué... tu as peur de quoi ? ... que ta fille me trouve à son goût ? peut-être avez-vous les même après tout. tu ricanes. ou alors ma présence te perturbe plus que de raison. ce ne serait pas inhabituel. tu es sûr de toi. et ta main glisse jusqu'à son avant bras.
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
infos générales
plus de détails
-
(#) Re: poison. (louisa) { Mer 11 Juil - 23:09 }
Le regard de Louisa se pose sur l’homme solitaire, qu’elle a laissé quelques instants plus tôt, dont tous deux s’éloignent un peu plus, et elle hausse doucement les épaules en reposant son attention sur Harald. C’est totalement vrai, elle ne prend même pas la peine de nier, même si elle le voudrait, juste pour le contrarier, lui. Prétendre qu’il est meilleur, qu’il a de quoi le concurrencer, le toucher en plein cœur, où se mêlent orgueil et ego démesuré depuis trop longtemps. Parce que c’est la seule façon de l’atteindre, elle ne le sait que trop bien, jouer la carte de l’amante insatisfaite. Y’aurait de quoi l’ébranler, là. Pas sûr qu’il soit dupe, cependant, question d’ego, encore une fois, bien trop gros pour qu’elle puisse le faire imploser aussi aisément, malheureusement. Elle recule une énième fois, sans chercher d’échappatoire, cette fois-ci, appose son dos contre le mur en bois de la poolhouse, croise les bras, se plonge dans une observation intensive et détaillée de ses ongles parfaitement manucurés. "Oh, excellente question". Elle a relevé les yeux à présent, et laisse un soupire lui échapper malgré elle. "Si j’en avais trouvé la réponse, ils seraient monogames depuis longtemps". Tous deux à ses pieds, évidement, pour son plus grand plaisir. Elle, en revanche, pas sûre qu’elle puisse un jour mettre fin à ses caprices charnels, d’en avoir envie tout court. Le compliment l’atteint, elle doit prendre une grande inspiration pour faire taire le désire qui commence à naître. Elle se souvient maintenant, ce qu’elle lui trouve, en dehors de son physique charmant. "Toi, au goût d’Astoria ?" Et Louisa rit doucement, se laisse glisser contre le mur, les mains dans le dos appuyées contre ce dernier. Elle a cette petite moue, lèvres pincées, tête inclinée, comme pour lui dire qu’il fait faux bond, qu’il peut continuer à espérer en vain. Elle sait que c’est l’inverse, pourtant, que même si elle a cerné cette attraction entre sa gamine et Elio, cela ne l’empêche pas de s’amuser et de poser les yeux sur tout ce qui semble intéressant. Comme Harald, par exemple. "Comment fais-tu, pour toujours être si sûr de toi, si arrogant ?" C’est elle qui est curieuse, à présent. Parce qu’elle en a rencontré des hommes, mais aussi insistants, persuadés de pouvoir la faire ployer avec une telle conviction ? Ils sont plutôt rares, alors ils marquent son attention, c’est inévitable. Elle préfère détourner la conversation, l’orienter vers lui et l’orgueil qui l’anime un peu trop vivement pour son propre bien. "C'est épuisant". Il l'est véritablement. Mais terriblement séduisant, aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Harald PhillipsTO BUY THE TRUTH AND SELL A LIE.
TO BUY THE TRUTH AND SELL A LIE.
avatar
infos générales
messages :  46 dollars ($) :  336
name :  /
faceclaim :  aaron paul.
age :  trente trois ans.
family's influence :  ♕♕♕♕♕
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
-
(#) Re: poison. (louisa) { Mer 11 Juil - 23:41 }
la monogamie est un terme que tu n'arrives même pas à imaginer.
une idiotie inventée par des hommes plus égoïstes les uns que les autres.
tu n'y as jamais pensé, encore moins essayé. tu ne saurai te l'imposer, alors l'imposer à quelqu'un d'autre. cependant, c'est être le meilleur des amants qui t'importe, pour les femmes dans son genre. être celui qu'elles ne pourront oublier. c'est ce que tu t'es évertué à faire avec louisa, à chaque rencontre, chaque baisers, chaque secondes où vos corps se sont percutés. tu as voulu être celui vers qui elle reviendrait, et c'est ce qui s'est passé. jusqu'à aujourd'hui. jusqu'à il y a quelques mois.
alors qu'il te serait impossible de te contenter d'un seul homme, quelle ironie. tu ricannes encore. ce serait un coup bas de ta part, un réel coup bas si tu prenais tes aises avec sa fille. une éventualité pourtant parfaitement à ta hauteur. mais elle ne voit pas les choses sous cet angle, doute que tu puisses plaire à astoria. tu n'en es pas si sûr, il est facile de leur plaire quand on y met du sien. quelques sourires charmants, quelques invitations au restaurant, jouer les timides un temps, gagner du terrain et passer à l'acte. un angle d'attaque parmi les centaines que tu as un stock.
je pense savoir ce que je vaux. affirmes-tu un sourcil arqué. c'est ton éducation, enfant l'ont t'a apporté trop d'importance, on a fait de toi un prince, et tu es certain de devenir roi. j'ai toujours été comme ça, ne fais pas la surprise. je suis certain que c'est une des choses qui t'ont fait venir vers moi... t'as un sourire en coin, dans le creux de ton bide y'a l'envie qui nait tout doucement, regard malicieux. tu ne trouvais pas épuisant... sourire en coin. je n'ai pas pour habitude qu'on me relègue dans la case des erreurs de parcours. tu lui tends la main, pour qu'elle la saisisse. allons boire un verre, en tout bien, tout honneur.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
infos générales
plus de détails
-
(#) Re: poison. (louisa) { Jeu 12 Juil - 1:16 }
"Je sais, je sais", elle hausse à nouveau les épaules, ne se souciant que très peu de son égoïsme. La psy, quand elle était gamine, avait suggéré de lui donner un frère ou une sœur, de la pousser à partager ses jouets avec d’autres morveux, cousin.e.s, camarades en tout genre, mais c’était pas à son goût, déjà à l’époque. Quelle belle idiotie. C’est pas non plus la fin du monde, elle a appris à s’y faire, Louisa, du moment qu’on lui donne du bon temps, qu’on lui accorde ce qu’elle veut l’espace de quelques instants, qu'on cède à ses caprices quelques heures durant. "Mmh", ni infirmer, ni confirmer, elle laisse planer le doute qui n’en est pas réellement un. Ils savent tous deux ce qui l’a attirée, ce qui l’a poussée à s’envoyer en l’air avec l’avocat de son ex-époux au nez et à la barbe de ce dernier, tout comme elle a pu le faire avec son pire ennemi et son meilleur ami. En dehors de pouvoir s’en servir pour faire plier Monsieur Rutherford, bien entendu, raison principale du petit jeu qu’elle a initié entre eux deux quelques années auparavant. "Tu sais aussi bien que moi que ce qui m’a fait venir à toi, c’est l’appât du gain", saigner l’autre à blanc, obtenir la maison de vacances à Capri, et celle de Santa Barbara, quand lui n’obtenait que d’insignifiantes choses en échange. Aux yeux de Louisa, en tout cas. "Tu le sais, n’est-ce pas ?" Elle arque un sourcil, tandis que son regard hurle ce qu’elle tait : y'avait bien plus que ça.

Et l’enfant n’a pas l’habitude d’être rejeté, de faire partie de la seconde catégorie. Quelle tristesse, lorsqu’on sait que ça fait de longs mois, à présent, que c’est le cas. Qu’elle n’a de cesse que de le repousser. "Erreur de parcours ?" Elle secoue légèrement la tête, roule des yeux. "N’exagérons rien". Jusqu’à la prochaine crise de panique, la prochaine crise de culpabilité, qui devrait surgir dans très peu de temps. Elle sait pas comment elle fait ça, Louisa, comment elle est capable de passer d’un sentiment à l’autre en si peu de temps, en quelques paroles, seulement. Mais voilà, il est là, à lui tendre la main et elle la saisit, avant de se décaler légèrement vers la droite, toujours le long du mur, la main libre sur la poignée de la porte menant à la poolhouse. "On peut boire un verre, ou s’absenter quelques instants."
Revenir en haut Aller en bas
Harald PhillipsTO BUY THE TRUTH AND SELL A LIE.
TO BUY THE TRUTH AND SELL A LIE.
avatar
infos générales
messages :  46 dollars ($) :  336
name :  /
faceclaim :  aaron paul.
age :  trente trois ans.
family's influence :  ♕♕♕♕♕
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
-
(#) Re: poison. (louisa) { Jeu 12 Juil - 8:32 }
l'appât du gain, oui. certainement. mais c'est autre chose qui se dessine dans ses yeux, le désir irrémidiable. l'attraction physique à laquelle personne ne peut rien. son envie d'être possédée par un homme plus jeune, plus coriace, moins connu. nouveau sourire en coin, alors que tu aimerais lui répondre que oui, bien évidemment que tu le sais. mais passer outre sa question te semble plus approprié. elle brosse le fauve dans le sens du poil, change de comportement d'une seconde à l'autre. les femmes, auront ta peau. tu n'es pas une erreur de parcours, juste un jouet agréable et elle te le confirme lorsqu'elle saisit ta main et propose une autre alternative. sa main libre déjà sur la poignée de la pool house, oserait-elle ? ici, au milieu de toutes ces personnes qui la connaissent ? de toutes ces personnes qui s'empresseraient de raconter les moindres détails, enjolivant la situation pour se faire mousser. je les ai vue, je vous assure, ils se sont enfermés et y sont bien restés une bonne heure. l'idée te fait ricaner par avance. tu n'as jamais été du genre à refuser une échapatoire aussi agréable.
quand elle ouvre la porte, t'as un regard pour le monde extérieur, trop occupé à se pavaner pour remarquer votre disparition. la pool house est digne des meilleurs films hollywoodien, bien trop grande, bien trop flamboyante, des meubles hors de prix souillés par le chlore. la scène qui s'y déroule aussi, est digne des plus grands films. tu n'as pas ouvert la bouche, c'est sur ses lèvres que tu t'es précipité avec avidité. vous n'avez pas le temps pour les courbettes, et vous en êtes conscient tout les deux. ta main dans sa nuque, tu la force à reculer, bousculant des babioles sur votre passage. c'est contre un meuble que vous vous arrêtez, et t'ouvres un oeil surpris. c'est un billard, très bien ça fera l'affaire. t'as quitté ses lèvres pour lui offrir un sourire lubrique, t'as déjà le coeu qui cogne à vive allure et le sang qui s'est fait la malle jusqu'à ton entre-jambe. t'as jamais été long au démarrage. tes mains glissent déjà le long de son corps, remontent sa robe sans plus attendre pour finir leur course sur ses fesses, tu la soulèves sans mal pour venir la poser sur la dite table de billard. doigts qui se crispent sur ses cuisses alors que tu resserres ton corps contre le sien, qu'elle sente l'effet qu'elle a sur toi. tu dévores son cou à présent, mains toujours baladeuses.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
infos générales
plus de détails
-
(#) Re: poison. (louisa) { }
Revenir en haut Aller en bas
 
- poison. (louisa) -
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOTHING BUT TROUBLE. :: benefit of the doubt :: Archives NBT :: jouer en rp rps, events-
Sauter vers: