-  it won't last and it won't stand (reva) -

NOTHING BUT TROUBLE. :: benefit of the doubt :: Archives NBT :: jouer en rp rps, events
Benjamin BrooksPUSH IT TO THE LIMITS, I JUST DON'T CARE.
PUSH IT TO THE LIMITS, I JUST DON'T CARE.
avatar
infos générales
messages :  336 dollars ($) :  649
name :  bob newby/ marie
faceclaim :  seb stan @hershelves
age :  thirty-five, old.
career :  god of cyber-security
civil status :  single, ready to mingle
family's influence :  ♕♕♕♕
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
- http://nothingbuttrouble.forumactif.com/t124-we-can-be-heroes-be

autres infos
relationships:
availability: astoria - elio - astrée - frederick
(#) it won't last and it won't stand (reva) { Ven 6 Juil - 18:56 }
it won't last and it won't standft @reva phillips
c’est le soleil qui vient le sortir de sa torpeur. il s’invite à travers les légers rideaux pour venir caresser sa peau d’une chaleur nouvelle. l’été bat son plein et dans la demeure endormie seul le ventilateur vient découper le silence d’un ronronnement discret. les murs blancs, les draps satinés, la douceur du jour, tout autour de lui respire la paix et la sérénité. et puis, alors qu’il se prélasse dans la douceur du jour, un bruit sourd. comme un corps que l’on fait tomber. non, comme une porte que l’on claque. reva, et sa délicatesse. il soupire un instant, plus bien sûr d’avoir bien fait de lui proposer un hébergement le temps qu’elle se refasse. un stratège pour l’avoir sous la main certes, mais au prix de quoi, au juste ? ben n’a jamais voulu d’un couple, d’une histoire. trente-cinq ans, célibataire ambitieux, le calme de sa maison lui suffisait bien. oui mais voilà, l’amante discrètement partie au petit matin était revenue, les joues trempées et le regard vide, abandonnée de tous et seule au monde. alors il avait dit oui. un oui gravé dans sa mémoire. un oui résonnant encore entre les murs vides du moindre souvenir. un oui qui semble se préparer un petit déjeuner, au vu de la soudaine vie qu’il entend non loin de lui. la maison a beau être grande, son creu reste d’un silence triste. alors, le moindre soubresaut la réveille. c’est encore lointain qu’il se lève, s'étirant, gros chat habitué à ce confort imbécile. il hésite un instant avant d’enfiler un pantalon en tissu fin, histoire de rester présentable. il ne faudrait pas choquer madame. sourire en coin. il met encore un moment avant de se décider à quitter sa couche. dans le couloir, l’odeur de nourriture se fait forte. le truc, quand on vit seul, c’est qu’il faut cuisiner ou payer quelqu’un pour le faire. sa faim se réveille bien plus vite que lui et c’est guilleret qu’il rejoint la cuisine, découvrant là une reva l'air bien réveillée, affairée à faire il ne sait trop quoi prêt des plaques de cuisson. “Tu comptes payer le loyer en bouffe ?” qu'il lui demande, la voix encore endormie. Son corps vient tomber sur l'un des tabourets de la cuisine ouverte. elle est sexy, là, face à lui. “si j'avais su, je me serais trouvé une femme bien plus tôt.” plaisanter, sa signature. un sourire en coin, sa marque de fabrique. charmer, sa passion dans la vie.



i am what you say I'm not. a ghost of bone doomed to haunt, i am doomed to haunt. there's a scream where my heart should be. it echoes and rings out from the deep, knowing there's no soul to keep. @8MM



Dernière édition par Benjamin Brooks le Mer 11 Juil - 20:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
infos générales
plus de détails
-
(#) Re: it won't last and it won't stand (reva) { Mer 11 Juil - 20:12 }
it won't last and it won't standft @benjamin brooks
Elle n’est pas du genre à s’incruster, Reva. Pas quand elle peut l’éviter. En fait, elle est même tout l’inverse: un courant d’air, sitôt là, déjà partie. Insaisissable, jusqu’à ce début d’après midi, il y a quelques semaines. Une claque en guise de dessert, une révélation qui ébranla jusqu’à la plus petite de ses certitudes. Depuis, elle fuit son monde d’avant, résignée à cette vie nouvelle. Derrière ses sourires trompeurs accolés aux lippes, c’est une gamine en perdition qui se cherche. Rien d’étonnant à ce que Morphée ait préféré fuir sa compagnie. Le sommeil lui échappe à son tour, révélateur des maux qu’elle tait à tous. Assise sur le bord de la piscine d’une maison où elle ne fait que passer, elle trempe ses pieds dans l’eau chlorée. L’aube se lève, et si d’ordinaire, la jeune femme se laisser charmer par le moindre spectacle, elle n’a pas le goût du rêve, à cet instant. Alors ses pieds vont d’avant en arrière, éclaboussant doucement autour d’eux. La jeune femme goûte au silence de la grande maison endormie. Dans ces moments de solitude, elle dresse un bilan alarmant de ce qu’est devenue sa vie. Un désert affectif et professionnel qu’elle n’a pas vu venir. Ce n’est pas ce qu’elle voulait pour elle - ce n’est pas ce que quiconque pourrait se souhaiter - et pire, c’est une situation qui lui semble inextricable. C’est encore une gosse, Reva. Déterminée à danser jusqu’au petit matin, à rire et à faire comme si chaque jour était le dernier. Jamais elle ne s’est préparée aux épreuves et au chambardement.

Elle n’est pas armée pour le monde auquel elle se confronte à présent, et soupir à cette idée. Pourtant, ça n’est pas aujourd’hui qu’elle remédiera à ses emmerdes. Elle s’appuie sur ses mains pour se relever, les pieds trempés au bord de la piscine. Un oeil vers l’horizon pour se rendre compte qu’elle a manqué le lever du jour. Elle hausse les épaules, déjà consciente que cette nuit d’insomnie n’en était qu’une parmi d’autres. Le soleil se relèvera demain, et les jours d’après. Et une petite voix dans un coin de sa tête lui laisse supposer qu’elle sera là pour le voir renaître. Reva tourne le dos à l’astre du jour pour retourner dans la maison. Elle claque la porte fenêtre un peu trop bruyamment, et laisse échapper un juron. Elle est invitée, ici. Réveiller son hôte aux premières heures du jour, elle s’en passerait volontiers. Ses pas la portent jusqu’à la cuisine. Elle commence à prendre ses marques, la blonde. Comme un réflexe déjà trouvé, elle sort tout ce dont elle a besoin pour faire taire cet estomac plaintif qui commence à s’exprimer. Quelques minutes plus tard, alors que le bacon est affairé à griller dans le fond de sa casserole, elle entend de l’agitation. Une tête se tourne, la sienne, pour voir Benjamin entrer, cheveux ébouriffés, tenue bien trop élégante en comparaison de son débardeur rose et son short en jean. Elle l’accueil d’un sourire, sans s’éloigner de la plaque de cuisson. C’est même un rire franc et sincère qui passe entre ses lèvres, en l’écoutant. “Si tu continues d’approvisionner le frigo, ça me convient” Il prend place sur un tabouret de l’autre côté du comptoir, et Reva attrape deux assiettes pour y glisser le bacon et les oeufs brouillés qui cuisaient doucement sur une seconde poêle. Elle contourne le plan de travail pour s’asseoir à ses côtés, glissant une assiette devant lui. “Mais heureusement pour moi, tu es seul et affamé. Sans quoi moi et mes maigres dons de cuisinière aurions du trouver l’asile ailleurs.” Elle se félicite qu’il en soit ainsi, oui. Qu’il soit seul et qu’il ait accepté de lui tendre la main. Qu’il soit à peine une connaissance au moment où elle en avait besoin. Pas assez proche pour craindre son refus, pas assez étranger pour ne pas oser l’approcher. Ce deal marche, pour le moment. Et alors qu’elle pique de sa fourchette une première bouchée, elle espère qu’il en restera ainsi autant qu’il le faudra.

Revenir en haut Aller en bas
 
- it won't last and it won't stand (reva) -
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOTHING BUT TROUBLE. :: benefit of the doubt :: Archives NBT :: jouer en rp rps, events-
Sauter vers: