-  she killed it with kisses and from it she fled (benstrée) -

NOTHING BUT TROUBLE. :: benefit of the doubt :: Archives NBT :: jouer en rp rps, events
Benjamin BrooksPUSH IT TO THE LIMITS, I JUST DON'T CARE.
PUSH IT TO THE LIMITS, I JUST DON'T CARE.
avatar
infos générales
messages :  336 dollars ($) :  649
name :  bob newby/ marie
faceclaim :  seb stan @hershelves
age :  thirty-five, old.
career :  god of cyber-security
civil status :  single, ready to mingle
family's influence :  ♕♕♕♕
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
- http://nothingbuttrouble.forumactif.com/t124-we-can-be-heroes-be

autres infos
relationships:
availability: astoria - elio - astrée - frederick
(#) she killed it with kisses and from it she fled (benstrée) { Lun 2 Juil - 23:01 }
she killed it with kisses and from it she fledft @astrée langford
il a les mains moites. putain, pourquoi a-t-il les mains moites ? c'est plus arrivé depuis deux ans. depuis qu'il a du se mettre à quatre pattes et lécher les pieds d'milliardaires arrogants pour qu'on laisse une chance à son idée, à son talent. il n'a aucune raison d'avoir les mains moites ce soir. c'est pas comme s'il en avait vu des tas, des femmes. c'est pas comme s'il avait embrassé maintes bouches, maintes épaules. il n'a aucune raison d'avoir peur. il est même confiant, loin derrière son corps angoissé, non ? merde, d'un coup c'est le doute qui prend le pas. parce qu'il n'arrive plus bien à savoir ce qu'il a en tête lui même. benjamin pense de mille pensées et gesticule de partout dans l'allée bondée. il est arrivé bien trop tôt pour être naturel. il est arrivé bien trop tôt pour être nonchalant. ce n'est qu'une fille, encore une. ce ne sont que quelques heures parmi les nombreuses minutes de son existence. rien d'autre que de la voir, elle. astrée. viendra-t-elle seulement ? appréciera-t-elle le bouquet qu'il tient dans la main, fait de lys blancs et de roses grand huit, d'un rouge éclatant ? il vient gratter distraitement l'arrière de son oreille alors qu'une légère brise vient caresser sa peau. la cote ouest resplendit d'un soleil étincelant. une excellente journée pour errer dans les rues de newport beach accompagné d'une charmante créature. astrée et ses yeux clairs. astrée et sa peau pâle. astrée et sa tendresse. il fini par sourire alors qu'enfin une silhouette vient se démarquer du reste de la foule qu'il regarde sans vraiment regarder. elle est venue, donc. elle n'a pas imaginé un seul instant que ces mots, lancés aux alentours d'une stupide soirée, puisse être faux. elle a eu raison. lorsqu'enfin elle arrive près de lui, benjamin brille. il s'illumine. devient humain. “j'ai eu peur que tu ne me fasses faux bond.” qu'il lui dit, sans ose s'approcher. “Mais je ne te laisserai pas t'enfuir sans que tu ne me fasses gouter ces fameuses glaces.” une glace, une foutue glace. une discussion autour d'un verre, un hoquet d'étonnement en comprenant que le nouveau venu ne connaissait pas alors atomic creamery. et une promesse d'une découverte rapide. il lui tend le bouquet, charmeur. “tu pourras me le jeter au visage si je trouve les glaces dégueulasses, c'est cadeau.” il l'aime bien. il l'aime vraiment bien.



i am what you say I'm not. a ghost of bone doomed to haunt, i am doomed to haunt. there's a scream where my heart should be. it echoes and rings out from the deep, knowing there's no soul to keep. @8MM

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
infos générales
plus de détails
-
(#) Re: she killed it with kisses and from it she fled (benstrée) { Mar 3 Juil - 12:07 }
she killed it with kisses and from it she fledft @benjamin brooks
astrée, elle se sent fébrile. comme une adolescente victime de son premier rendez-vous galant. pourtant, elle a murit avec le temps, elle est devenue femme. ce n’est pas la première fois qu’un homme la courtise, la charme et l’invite sagement par la suite. mais l’ingénue, elle a enchainé les déceptions dans ce monde cruel. son nom, son argent, tout attire les vautours mais elle ? puis elle n’a pas le temps pour les romances à l’eau de rose, elle se donne corps et âme pour son avenir professionnelle oubliant qu’en tant qu’être humain, elle a besoin du personnelle. princesse nourrit ses rêves dans les romans qu’elle lit, rêvant d’une vie plus simple et bien moins basé sur la popularité derrière un nom. alors brooks, quand il débarqué, avec son sourire à en faire pâlir plus d’une et ses jolies mots, elle aurait dû reculer. pourtant, la voilà aujourd’hui, à revêtir une belle robe, à se contempler devant un miroir ne cessant de se demander si ce n’était pas trop ou bien alors pas assez. elle est indécise devant le reflet qu’elle se renvoie et soupire à plusieurs reprise. respire astrée, ce n’est rien d’autres qu’une glace dans les rues de newport beach. pourtant, elle a le coeur qui fait des siennes princesse. il était drôle, charmant et tant d’autres. il l’a illuminé le temps d’une soirée la faisant rire aux éclats parfois. est-elle bête de se sentir de la sorte ? probablement. son père lui rappellerait probablement qu’ils sont tous des rapaces prêt à s’emparer de tout et n’importe quoi. pourtant, elle finit par prendre la route jusqu’à l’apercevoir, démarqué de la foule, un magnifique bouquet en main. elle a les mains moites astrée et les frottes distraitement sur ses hanches, esquissant un sourire radieux. « les meilleures glaces au monde, atomic creamery deviendra probablement ton nouveau rendez-vous de la journée » qu’elle réponds d’un air malicieux. est-ce que tout ça était réellement partie d’une discussion à propos de crème glacée ? semblerait-il. « je voudrais pas abîmer le bouquet et de toute manière, impossible que ce mot sorte de ta bouche une fois que t’y auras goûté » elle est persuadée astrée, elle n’en doute pas une seule seconde. « alors, qu’est-ce qui t’as emmené ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Benjamin BrooksPUSH IT TO THE LIMITS, I JUST DON'T CARE.
PUSH IT TO THE LIMITS, I JUST DON'T CARE.
avatar
infos générales
messages :  336 dollars ($) :  649
name :  bob newby/ marie
faceclaim :  seb stan @hershelves
age :  thirty-five, old.
career :  god of cyber-security
civil status :  single, ready to mingle
family's influence :  ♕♕♕♕
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
- http://nothingbuttrouble.forumactif.com/t124-we-can-be-heroes-be

autres infos
relationships:
availability: astoria - elio - astrée - frederick
(#) Re: she killed it with kisses and from it she fled (benstrée) { Mar 3 Juil - 23:51 }
she killed it with kisses and from it she fledft @astrée langford
il n’en a pas vécu beaucoup, des rendez-vous, ces dernières années. trop pressé par le temps. trop concentré sur son travail. il a préféré susurrer des mots doux à des oreilles distraites dans des bars bondés. donner des numéros de chambres à des silhouettes guindées dans des robes échancrées. pas de dîner aux chandelles et pas de cadeaux à faire. pas d’effort autre que de sourire et d’embrasser. il regrette presque l’époque, attendant sous le soleil californien. il regrette presque l'insouciance de sa vie avant la rencontre de son regard et d’une astrée resplendissante dans une robe légère. charmé, c’est le mot. charmé par son rire et par sa facilité à prétendre. par ses yeux et par ce ton désabusé qu’elle avait eu lorsque la question de l’argent était arrivé sur le tapis. charmé par cette idée de paix qu’elle s’est mise à incarner soudainement. astrée, il refuse de la laisser partir. astrée, il veut s’en emparer. l’avoir à son bras partout, tout le temps, devant tous. un prix magnifique pour une vie magnifique. un trophée pour montrer sa grandeur. quoi de mieux que la douceur pour faire ressortir le féroce de son être ? elle est son autre, il en est presque certain. et puis, le temps passe. et puis, il vieilli. et puis, il ne construit rien d'autre que pour lui même. un lui même qui ne le satisfait plus, pas du moins lorsqu'elle apparait. pas qu'elle ne suffise à son bonheur, du moins, il ne le croit pas. mais elle suffit à son plaisir, à son regard, à sa paix. lorsqu'elle arrive, dans cette robe baladée par une mince brise claire, il sourit. le stresse de la rencontre disparait. soudain, il est là. soudain, il est avec elle. il ne met pas bien longtemps à lui donner les fleurs, comme pour se débarrasser de la tache. comme pour ne pas passer trop de temps sur l'inutile. il rit à sa voix qui s'élève. “c'est bien prétentieux ça, non ? je n'ai jamais entendu parler des états-unis comme du pays de la glace, si tu veux mon avis.” un pays qu'il n'aime même pas plus que ça. alors qu'elle le met au défi d'aimer, il a l'impression qu'il aime. ça lui fait bizarre. ça n'arrive jamais. c'est altruiste. ça picote dans la nuque. il lui tend son bras, et fait quelques pas, encore hésitant quant à où se diriger. déjà agacé par la foule qui les entoure. il la veut pour lui seul. “ce qui m'amène ici ? c'est toi enfin, je te signale que tu m'as invité, tu ne t'en souviens pas ?” qu'il s'esclaffe, bien fier de sa bêtise. mais la question est bien différente. il le sait. il ment. “il n'existe rien de mieux que los angeles pour monter sa boite, pas vrai ? le rêve américain...” foutaises. et toi donc ? ce n'est pas trop difficile que de faire architecte dans une ville où l'on a plus la place de construire une seule baraque ? tiens, d'ailleurs, pourquoi architecte ?” il n'est pas sur de s'y intéresser. peut-être que si. à vrai dire, il a du mal à penser. il a les yeux plongés dans le bleu des siens.



i am what you say I'm not. a ghost of bone doomed to haunt, i am doomed to haunt. there's a scream where my heart should be. it echoes and rings out from the deep, knowing there's no soul to keep. @8MM

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
infos générales
plus de détails
-
(#) Re: she killed it with kisses and from it she fled (benstrée) { Mer 4 Juil - 11:48 }
she killed it with kisses and from it she fledft @benjamin brooks
puis qu’est-ce qu’elle fait là astrée ? elle devrait plutôt s’occuper d’un énième contrat, finir un énième projet, se pencher sur les maquettes qui sont venu envahir son salon puisque les idées n’en finissent plus de venir s’immiscer dans son esprit. et pourtant, elle profite de la chaleur des rues, remerciant intérieurement chaque brise d’air frais comme si elles lui procurait un nouveau souffle. ça lui picote dans l’estomac sans qu’elle ne comprenne vraiment pourquoi. qui est-il après tout hormis un récent personnage qui a su saisir sa chance ? et c’est peut être ce qui l’attire sans le vouloir. il n’est pas un de ces fils à papa qui dilapide son argent dans le monde de la nuit, payant les filles de joies pour agrémenter ses soirées. du moins, ce n’est pas comme ça qu’elle le voit. benjamin, il a ce quelque chose supplémentaire qu’elle ne saurait citer. cette petite lueur en plus qui a suffit à la charmer. une soirée. il n’aura fallu que ça pour qu’elle se mette à sourire bêtement à l’évocation de son nom. et parfois, elle se surprend à être bête de laisser ses émotions la guider aussi facilement. elle n’a pas le temps pour se consacrer à ça et pourtant, astrée elle consacre son temps à tout le monde. mais elle le sent. elle le sent dans sa manière de le regarder, dans son sourire qui l’affole, dans la gêne à chaque fois que leurs pupilles entrent en contact. « vrai. mais pourquoi laisser les stéréotypes guider ton avis ? tu pourrais être surpris. » chaque chose venait d’un endroit mais n’empêchait personne de l’importer ailleurs. et c’était là que naissait le mélange culturel et rendait le monde un peu plus beau. « et malgré mon invitation, tu avais peur que je ne me montre pas » comme s’il était commun que l’hôte soit celui qui se désiste. en réalité, elle avait eu peur elle aussi. peur qu’il trouve insignifiant ce genre d’invitation. peur qu’il ne cherche qu’à se montrer poli sur l’instant même mais qu’il décline ou ne vienne juste pas. et pourtant, ils étaient là tous deux, douce astrée accrochée à son bras, à se frayer un chemin dans la foule bondant la rue. « il est possible de tout faire quand on se donne les moyens » construire, changer, remodeler. l’architecture pouvait être un vaste domaine et princesse n’avait pas besoin d’un terrain vide pour donner vie à ses idées. « parce qu’il n’y a pas de limite à l’imagination. » elle sourit, amusée, décalant une mèche de cheveux derrière son oreille avant de reprendre. « tu peux prendre le lieu le plus amoché ou en ruine possible et juste en fermant les yeux, tu peux en faire quelque chose de majestueux. tu fermes les yeux, tu ouvres ton esprit et tu peux le transformer exactement en ce que tu veux. » et astrée, ce qu’elle faisait de mieux, c’était imaginer. c’était probablement cette même imagination qui l’avait conduite à cette place aujourd’hui et pas un seul instant elle ne regrettait la place qu’elle avait choisit. et elle détourne le regard, probablement mal à l’aise par l’eau claire de ses yeux. « c’était difficile ? de se faire une place ici j’entends. » ils ne venaient pas du même monde, les embûches étaient différentes, les enjeux peu semblable.
Revenir en haut Aller en bas
Benjamin BrooksPUSH IT TO THE LIMITS, I JUST DON'T CARE.
PUSH IT TO THE LIMITS, I JUST DON'T CARE.
avatar
infos générales
messages :  336 dollars ($) :  649
name :  bob newby/ marie
faceclaim :  seb stan @hershelves
age :  thirty-five, old.
career :  god of cyber-security
civil status :  single, ready to mingle
family's influence :  ♕♕♕♕
fiche de liens :   ★★★
plus de détails
- http://nothingbuttrouble.forumactif.com/t124-we-can-be-heroes-be

autres infos
relationships:
availability: astoria - elio - astrée - frederick
(#) Re: she killed it with kisses and from it she fled (benstrée) { Jeu 5 Juil - 18:17 }
she killed it with kisses and from it she fledft @astrée langford
ses pas ne vont encore nul part. il a le corps qui divague, ne se contentant que d’une chose, d’un orbite : astrée. il en est bien conscient, ben. il la désir. comme il sait désirer, ardemment et sans peur. elle l’est de ces femmes que l’on possède, il en est persuadé. et si l’argent ne suffit pas, alors il mettra du sien pour l’attraper. un papillon que l’on met sous verre. parce qu’il n’est pas bien fort en sentiments, le type. parce qu’il n’est pas vraiment du genre grand romantique. oui mais voilà, il a les mains moites et l’envie terrible de rester à ses côtés jusqu’à ce que la nuit ne tombe sur ses épaules. de la voir exister dans un monde qu’il découvre avec douceur et légèreté. pas d’ordinateur à qui s’adresser pour oublier l’humain. pas de costume à porter fièrement pour renvoyer une nouvelle image, propre et importante. il n’y a que lui. et elle. une pause dans un quotidien foutrement rapide. une respiration. il s'esclaffe lorsqu’elle se met à parler de stéréotypes. n’en sont-ils pas tous les deux, trentenaires esseulés sans autre passe temps qu’une richesse qui ne les satisfera pas beaucoup plus lorsqu’ils seront vieux et décrépits ? deux corps qui ont oublié de vivre pour eux. lui qui ne sait pas se contenter de peu. qui n’en a jamais assez. il n’est jamais juste heureux, benjamin. ça l’anime, ça le rend vivant que cette course frénétique au mieux. astrée, elle est mieux. mieux que le soleil, mieux que la glace et mieux que la brise. “tu sais, à mon âge, on est toujours inquiet que la demoiselle ne se montre pas. à croire qu’elle puisse avoir peur des cheveux blancs.” des cheveux blancs, du corps moins parfait, du désir de se poser. tout ce que benjamin brooks n’a pas. ce qu’il a, par contre, c’est la chaleur de sa peau contre le bras frais d’astrée qui l’accompagne. une astrée ambitieuse, une astrée rêveuse. benjamin, il voit exactement de quoi parle la brune, alors que ses pas les mènent jusqu’à la file qui attend avec sagesse de dépenser un peu d’argent dans un instant de fraîcheur et de tendresse. une envie de beau, de mieux. mieux. ils parlent tous les deux le même langage au final. un langage qu’eux seuls peuvent comprendre pleinement. un langage magnifique. il aurait presque envie de fermer les yeux avec elle. d’imaginer. de créer. mais c’est elle que son regard fixe sans pudeur ni contrainte. juste une attention scolaire. juste une tendresse intéressée. lorsqu’enfin elle s’arrête, c’est pour l’interroger lui. Un sujet facile s’il en est. il n’a pas besoin de beaucoup inventer la réponse. “oui et non. j’ai simplement suivi le courant. j’ai toujours su que ma boite fonctionnerait, du moins, que je ferais tout pour que cela fonctionne. et ça a fonctionné.” vantard. modeste. “et puis, il est facile de se lier avec les gens ici. s’ils voient que tu portes la même montre qu’eux, les gens se disent que tu es comme eux.” un sourire en coin. un regard lointain, une micro seconde. “ce doit être plus compliqué pour une femme, non ? surtout une femme comme toi, ça doit faire peur à bien des hommes.” malicieux. ou comment se renseigner. ou comment préparer le terrain. ou comment s’assurer la victoire.



i am what you say I'm not. a ghost of bone doomed to haunt, i am doomed to haunt. there's a scream where my heart should be. it echoes and rings out from the deep, knowing there's no soul to keep. @8MM

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
infos générales
plus de détails
-
(#) Re: she killed it with kisses and from it she fled (benstrée) { }
Revenir en haut Aller en bas
 
- she killed it with kisses and from it she fled (benstrée) -
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOTHING BUT TROUBLE. :: benefit of the doubt :: Archives NBT :: jouer en rp rps, events-
Sauter vers: